Catégorie : Articles

Comment nos rêves empêchent d’aimer la réalité?

Notre époque invite à croire que nos rêves peuvent devenir des réalités, il suffit de trouver les bonnes techniques pour y accéder, que ce soit par la loi de l’attraction, par des techniques de self-help (« aidez-vous vous-mêmes » qui émanent du mouvement de la psychologie positive).

On entend partout « redevenez l’acteur de votre vie, vous êtes responsable de vous créer la vie de vos rêves. »

Pourquoi notre époque consacre un tel engouement pour la fabrique à rêves?

Nous vivons plus vieux, nos besoins primaires comme avoir un toit ou nous nourrir sont plutôt pourvus en occident. Nous pouvons alors passer du temps à inventer, à nous créer des désirs toujours plus grands.

Pourquoi pas l’abondance comme l’argent, l’amour? Pourquoi pas demander plus ? Et dans la même idée pourquoi certains y arrivent et pas moi ?

Cet état d’esprit, va à la fois générer de l’enthousiasme et de l’émulation, crée l’élan du désir -et ceci est tout à fait louable- mais si je me prends vraiment au sérieux et que je fonctionne avec le « si je veux , je peux » je vais être vite enfermé dans la prison de cette croyance du moi tout puissant.

Et je risque d’être déçu et de m’effondrer comme un enfant à qui on refuse une sucette si pour une raison ou une autre qui ne dépend pas de moi, je ne vais pas aller au bout de mes rêves. Ou je vais m’épuiser si je ne réussis pas à atteindre mes objectifs, comme dans le burn-out.

Sans aller plus loin sur les inconvénients du rêve, puisque vous l’avez compris, je prends ici le contre pied de ce qui se dit majoritairement dans la tendance actuelle, je voudrais développer la thèse inverse, là où le rêve est honoré et loué.

Les peuples du rêve et le rêve éveillé

Certains peuples aux cultures traditionnelles depuis toujours, ont pris parti d’utiliser leurs rêves diurnes et nocturnes pour écouter la petite voix intérieure et demander des réponses pour réaliser au mieux leur vie quotidienne, en profiter pleinement.

Un peu comme l’oracle, ils écoutaient et se sentaient guidés pour aller vers des projets. Ils mettaient une intention avant de s’endormir pour trouver les réponses symboliques attendues. C’est ainsi que ces peuples réalisaient de grandes choses, proches de leurs rêves.

Le rêve et la psychanalyse

« Le rêve est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient ». S.Freud

Rêve éveillé ou rêve nocturne, les deux types de rêves sont vecteurs de symboles et soumis à interprétation.

Le rêve est donc un outil très intéressant et utile pour comprendre et chercher ce qui se passe au niveau de l’inconscient.

Formés à l’analyse des rêves, des praticiens utilisent cet outil pour aider la personne à mieux comprendre son fonctionnement psychique inconscient.

Décrypter le rêve, le décoder, l’interpréter, depuis Freud puis Jung l’interprétation des rêves est intégrée dans nos habitudes, donne des clés pour mieux cerner ce qui nous freine dans nos conflits intérieurs.

On peut aussi y trouver un matériel pour renégocier des traumatismes non résolus, en se faisant accompagner par un thérapeute qui utilise le rêve, et aide la personne à élargir des options. 

Saviez-vous par exemple que nombre d’inventions ont été imaginées pendant les rêves? Ou encore que plus on rêve, moins on a faim? La science des rêves a beaucoup à nous apprendre.

Le réalisateur italien Federico Fellini accordait une importance immense à ses rêves dans la préparation de ses films. Et cela lui a réussi. Car du cauchemar, au sexe, en passant par le contrôle des rêves, ces derniers nous offrent des possibilités infinies que nous sommes même en mesure d’exploiter. C’est d’ailleurs tout le sens du rêve éveillé, ici le rêve chargé de figures symboliques offre des options de résolution de conflits intra psychiques.

Le rêve, fantasme pour soutenir le réel

L’imaginaire, le rêve a du bon , il nous permet de supporter la tiédeur du réel, quand je rêve que je vais rencontrer la bonne personne par exemple, que je le mérite, que j’y ai droit, j’oriente mon attention vers le positif, conséquence : dans le présent je me sens mieux grâce à l’idée que… mais en même temps si je m’aggripe au résultat, là commence le début de mon malheur. On pourrait aller à la conclusion que rêver et croire franchement que je peux avoir ce que je veux et que cela dépend de moi est la manière de se faire souffrir au cas ou je n’atteins pas l’objectif. C’est pourtant l’injonction massive du mouvement du développement personnel de nous rendre responsable de nous offrir la vie de nos rêves.

Le rêve comme un obstacle à aimer tout ce qui est

Les profils de rêveurs

Si je suis une personne reconnue comme rêveuse, je suis pourvue d’une vision idéale de la vie, du monde qui m’entoure, j’utilise cette compétence de rêve qui comporte aussi une zone de créativité, puisque le cortex pré-frontal est stimulé dans le rêve éveillé, pour supporter un réel qui n’est pas à la hauteur de mes aspirations.

C’est aussi une des fonctions du rêve, on sait très bien que les enfants qui sont mal encadrés au départ vont par exemple s’imaginer venir d’ une autre famille, ou encore qu’ils viennent d’une autre planète.

C’est une forme de résilience que de rêver, parce que cette réalité est insoutenable tant elle est chaotique pour l’enfant.

Les profils dits « rêveurs » ont du mal à se confronter à la matière, aux responsabilités, se sentent écrasés par les contraintes qui les empêchent de faire ce qu’ils aiment. Quand je rêve d’un monde meilleur, je peux soit commencer à agir à ma mesure du petit humain que je suis, ou préférer le rêve parce que poser des actes demande des efforts soutenus et le rêve évite l’effort. Je m’évade, je rêve d’autre chose que ce qui est, tout simplement parce que je ne supporte pas ce qui est, je suis trop orienté sur le manque pour tolérer ce réel inconfortable.

Pour ceux là, mieux vaut arrêter un peu de rêver d’un ailleurs et agir plus, rêver à la place d’agir dans le monde  n’est pas une bonne idée, car ils se dissocient toujours et encore plus, alors qu’au contraire, mieux vaut s’enraciner, atterrir ici dans le corps et absorber les chocs du réel.

C’est comme l’addiction aux substances ou à des plantes, si j’utilise ces substances pour échapper au réel, je fuis dans un changement d’état de conscience de mes problèmes que je ne gère pas, sauf que dès que l’effet du shoot est fini, je me retrouve face à moi, avec les mêmes problèmes. Alors, ok, c’était une manière d’être résilient enfant, mais ensuite c’est plutôt un problème de devenir addict à un état.

Et ceux qui décollent vite dans les hautes sphères, que ce soit par les drogues ou le virtuel et qui adorent ces états là, ont en général du mal à assumer leurs responsabilités et leur vie ordinaire.

On ne peut non plus les blâmer puisque ce sont souvent les plus traumatisés qui ne peuvent soutenir le réel, alors ils envisagent une autre réalité, avec un ailleurs, un monde virtuel qui adoucit.

Je pense aussi à ceux qui vénèrent les anges, les êtres de lumière, et autres hautes vibrations, pourquoi avoir toujours le regard dans le ciel ? Le regard vers le bas, le sol, la boue est moins amusant. Pourtant sans boue, pas de lotus nous dit un dicton.

Le marketing à la fête

Il ne faut pas oublier que notre société consumériste nous propose sans arrêt de nouveaux produits, toujours plus attrayants, plus esthétiques, plus efficaces, plus utiles soi-disants, nous sommes sollicités en permanence pour acheter des produits, mais aussi des loisirs, des thérapies, des stratégies pour diminuer notre stress et nous faire devenir zen.

Cette société est là pour vendre du rêve, et nous amène à quitter notre discernement, on ne se rend plus compte si on a vraiment besoin du produit, ou si nous sommes bêtement pris par un marketing puissant.

Stimulés par nos envies de ne rien rater, surtout pas une expérience extraordinaire que mon voisin pourrait s’offrir, nous achetons ou consommons pour oublier , pour échapper à quoi? Souvent à nous-mêmes, à nous retrouver en face de nous, confrontés au vide, à la tiédeur du réel, alors achetons, agitons-nous dans tous les sens pour échapper à l’angoisse. Travaillons dur pour gagner de l’argent pour partir en voyage loin. Le marketing table sur l’un de nos pêchés capitaux, l’envie.

Oui, être envieux, imaginer l’herbe plus verte ailleurs, et que si je veux je peux aussi devenir plus heureux que je ne le suis, que d’autres, les stars y accèdent alors pourquoi pas ma petite personne ?

Intéressés par notre moi auto-centré, nous passons à côté de tout, à côté des petits riens du quotidien qui ne savent être reconnus et magnifiés. Nous croyons bêtement que posséder plus nous rendra plus heureux, mais passé un certain confort, nous devons encore plus « ramer » pour obtenir ce dont nous rêvons et la boucle infernale commence.

Difficile de s’extraire du système, nos smartphones, tablettes, gadgets en tous genres, voitures, nous sont devenus indispensables. Mais acheter la dernière version n’est pas forcément ce qui nous rendra plus heureux, sachant que de plus, beaucoup de ces produits aggravent les problèmes écologiques déjà innombrables.

Des aspirations à la déception

Nos rêves, nos aspirations nous rendent vivants, l’aspiration c’est l’élan du désir, c’est très vivant, mais prendre nos rêves pour des réalités c’est fatiguant.

On va se mettre la pression pour atteindre nos rêves, et pendant ce temps là, on ne fait rien d’autre.

Ici je ne conseille pas de cesser toute aspiration séance tenante, mais de voir celles qui sont prioritaires et celles qui sont futiles, encombrantes, celles qui sont en trop, que l’on se rajoute comme si on n’avait pas assez à faire.

En conclusion, je pourrai résumer ainsi, il est de bon ton de rêver, mais regardons aussi combien nos rêves nous empêchent d’être vraiment là dans l’instant, combien nous souffrons par le fait de trop rêver à plus, à mieux, à plus grand, et que pourtant tout est là dans l’écoute de la sensation, de l’émotion, dans l’écoute de la pensée, dans moins d’intensité surtout.

Et cette prison qu’est l’espoir , ah cette prison est grandement méconnue, on entend souvent « l’espoir fait vivre », mais l’espoir mal plaçé nous tue, nous rêvons un futur imaginaire et nous perdons de vue l’intensité du réel.

 » C’est quand on a perdu tout espoir que la vraie liberté advient ! »

Véronique Kohn le 24 mai 2019

 

Peut-on faire un Burn-Out Amoureux?

Question d’actualité, il me semble, après le burn-out professionnel, on voit apparaître le burn-out amoureux.

Oui, il est possible et c’est de plus en plus fréquent de voir chez nos patients en thérapie des symptômes de burn-out amoureux. (suite…)

Le Célibat

Article Le Célibat

Il fut un temps où il n’était pas très convenable de rester célibataire, les femmes étaient taxées de «vielle fille», il y a même la fête «des Catherinettes» qui témoignent de cette époque révolue.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous passent par une période plus ou moins longue de célibat, entre deux couples, ou avant de se mettre en ménage, et il n’est pas question de regarder cela d’un mauvais œil, c’est devenu la norme. Le mariage est devenu le point culminant plutôt que la pierre angulaire selon les chercheurs du projet Knot Yet, une décision qui se prend sérieusement après avoir suffisamment batifolé en période de célibat.

(suite…)

Faut-il avouer ses infidélités?

Conférence Faut-il avouer ses infidélités?

Ah l’infidélité, ce sujet qui fait couler tant d’encre !

L’infidélité est un sujet de société, car même si on peut divorcer, l’infidélité est toujours d’actualité. C’est une des causes principales du divorce.

Quand je te choisis alors que j’ai déjà eu le temps d’explorer plein de partenaires amoureux et que j’exclus tous les autres, c’est qu’alors je vais me focuser sur toi. Il en découle une ambition romantique immense, tu deviens tout pour moi, tu dois être mon mari, mon amant, mon confident, mon amour, mon ami, celui qui va m’aider, me faire devenir la meilleur version de moi même, et si tu vas ailleurs c’est que tu n’es pas tout pour moi. (suite…)

Les 9 Lois de l’Érotisme

Les 9 Lois de l'ErotismeL’érotisme, un vaste sujet, non?

L’érotisme est un art dit-on, éloigné de la sphère purement génitale et sexuelle, nous abordons ici un sujet familier dans le domaine de l’art mais peu traité dans le cadre du couple, si ce n’est comme une ambiance à créer, sans avoir pris le temps de s’attarder sur la conceptualisation du phénomène érotique.  (suite…)

Les bienfaits de l’exclusivité en amour

 La fidélité est avant tout une question d'amourLa fidélité en Amour

«L’amour et la fidélité, jointes ensemble, engendrent toujours la privauté et la confiance.»
Saint François de Sales, l’introduction à la vie dévote (1609).

Le contrat de mariage traditionnel loue les bienfaits de la fidélité en amour. La fidélité est-elle une vertu ? Est-ce un choix moral ou un choix personnel pour ne pas avoir à souffrir de jalousie ?

Si choisir la fidélité est tant plébiscité par la plupart de nos contemporains, et ce dans cette nouvelle ère de zapping sentimental, c’est que cela répond certainement à une nécessité. Au-delà de la norme, au delà de la morale judéo- chrétienne, qu’est-ce qui motive ces jeunes couples à opter pour la fidélité en amour ? La mode penche plus du côté de la liberté que des valeurs conservatrices, alors est-ce un côté réac ? (suite…)

Féminin frustré et masculin castré

Féminin frustré vs Masculin castré

La relation entre un féminin frustré et un masculin castré apparaît dans la dynamique relationnelle homme/femme et notamment dans certains milieux.

Les valeurs du féminin dans notre société moderne sont à la hausse. Elles se véhiculent depuis une trentaine d’années en occident, elles apaisent l’héritage d’une domination masculine patriarcale. Les mouvements féministes ont leur place, et c’est une chance que cela puisse exister.

Ce sont tout bonnement les excès en tout genre qui inscrivent une continuation de la guerre des sexes au lieu de l’arrêter. (suite…)

Les work couples

Les couples qui travaillent ensemble

On entend parfois dire qu’associer vie intime et vie professionnelle dans un couple est prise de risque, voire une hérésie, à passer tout leur temps ensemble, à mélanger la vie personnelle et la vie professionnelle, il y aurait là un danger, celui de mettre en péril, de déséquilibrer ou de désinvestir la relation. (suite…)

Faire vivre le désir dans le couple

hqdefault

Le thème est séduisant parce que l’idée est belle, si je m’inscris officiellement dans mon esprit « en couple » alors j’ai très envie de faire durer ce couple et donc de permettre au désir de ne pas se refroidir. Il est d’ailleurs fort possible qu’au moment où je passe d’une simple relation à un couple officiel, les problèmes commencent, puisque la rêverie romantique amorce un principe de continuité d’un état amoureux, d’un désir sexuel et émotionnel. (suite…)

Abonnez-vous à ma liste
Véronique Kohn

Suivez mes prochains évènements.

Merci pour votre abonnement.

Quelque chose s’est mal passé.