Le quotidien et le couple

Couple-une-illustratrice-dessine-l-amour-avec-des-scenes-du-quotidien

 

Ce thème est souvent au premier abord approché par nos contemporains avec une légère connotation négative, un couple au quotidien renvoie souvent à l’usure, les habitudes, la routine, l’érosion du désir, l’intendance familiale..

Bref, rien que de penser au quotidien le programme n’apparaît pas très alléchant et pourtant, comment concevoir le couple au quotidien comme une voie du cœur, d’approfondissement de la relation, d’une rencontre des milles et une facettes de soi au contact d’un autre ? Et qui devient une voie d’évolution et de l’altérité.

 

La génération Y, habitué « au tout tout de suite », à se satisfaire immédiatement du bon et à rejeter le mauvais dès qu’il ne convient plus va aborder le quotidien dans le couple avec peu d’enthousiasme, comment s’éterniser avec le même partenaire dès lors qu’il n’est plus à la hauteur de nos aspirations ? Si on s’habitue à stopper une relation dès qu’elle n’est pas assez satisfaisante et en démarrer une autre pour espérer du meilleur, on aura tendance à rester en surface, à envisager le quotidien comme un frein à l’épanouissement , exception faite pour ceux qui vont s’engager dans un couple au quotidien pour faire comme leurs pairs au même âge, (la tranche d’âge des 25,35) et y trouver un cocon de sécurité, un évitement de la solitude détresse.

Examinons ensemble tout d’abord les clichés relatifs à la notion de quotidien et couple

  • l’ennui, la lassitude :

On entend souvent que le fait de vivre avec le même partenaire risque de lasser, « toujours le même » se dit-on, quand bien même nous nous sentons attaché ou amoureux, il n’empêche que c’est toujours le même et ceci tous les jours.

En fait, ce qui est observable, c’est que selon notre profil de personnalité, certaines personnes sont très fusionnelles et vont adorer se retrouver face à la même personne, préférant la routine et y trouvant leur compte alors que d’autres se sentiront enfermées, celles ci sont plus orientées variété et changement.

Peut être que la piste ici consiste à se connaître, à s’accepter, et à voir ce qui est négociable avec l’élu de notre cœur, si j’aime l’aventure, la variété, est-ce que je peux négocier un quotidien ouvert ? Où je peux avoir des espaces hors couple, privilégiés qui me permettent d’y retourner enrichi de mes expériences ?

Et si j’ai le goût du quotidien, de mes repères et que j’apprécie cela plutôt que tout le reste, est-ce que je peux me procurer ce dont j’ai besoin en vérifiant que mon partenaire est sur la même longueur d’onde, sinon lui laisser ses espaces de ressourcement sans moi ?

  • la logistique :

Le partage des tâches quotidiennes est souvent source de conflits.. Habituellement on s’attend encore à ce que les femmes prennent plus en charge la logistique, l’éducation des enfants, ce qui pour certaines crée une énorme pression de devoir être sur tous les fronts en même temps.

Les temps changent, les rôles se redistribuent, les hommes apparaissent plus volontiers sur le secteur de la logistique, et en même temps si ce n’est pas le cas, comment volontairement aborder le ménage, les tâches ingrates en joie pure d’action ? L’un de mes enseignants m’avait invité à tenir le balai en main comme si je faisais l’amour avec le balai.. essayez une fois et vous verrez.

On dit souvent que ce n’est pas la tâche ni la situation qui gêne mais notre rapport à la tâche en question.

  • Les compromis :

Au quotidien, nous sommes tenus de faire des compromis, ce qui n’est pas le cas si vous vivez seul à votre rythme. En couple au quotidien, vous vous sentez parfois obligé de vous adapter à l’autre, ou de vous affirmer sur vos choix, en mode célibat, vous vivez à votre rythme mais vous regrettez de ne pas être en couple à partager une complicité, une tendresse.

En clair, ceux qui sont en couple au quotidien rêvent d’être célibataire et les célibataires rêvent d’être en couple.

Alors quand faut-il générer des compromis ? A mon sens, lorsque vous sentez que cela ne vous pèse pas tant que cela, posez-vous la question : est-ce que j’ai de la joie à offrir mon geste ? Ou est-ce que cela me prend beaucoup d’énergie et que je le fais par peur de mécontenter, de le perdre ? Utilisez un curseur d’énergie : est-ce qu’au final, j’ai plus ou moins d’énergie à faire plaisir ? Sinon vous fournissez trop d’efforts d’adaptation et vous le payez cher, soit au niveau de votre santé, soit en faisant payer par des coups bas ( bouderies, irritations, fermetures).

  • Le partage :

Se mettre en couple au quotidien est souvent en lien avec l’envie de partager, Mais au fond, qu’est-ce que je partage vraiment avec lui ? Sur quoi se basent vos envies de partage ? Vous êtes vous vraiment posé la question sur vos véritables envies qui ne sont peut être les mêmes que les siennes par ailleurs.

Des loisirs communs ? Activités sportives, culturelles, promenade, de l’intimité par une parole authentique ? De la sexualité passionnelle ? De la tendresse ? Des gestes de protection et de soutien ?

  • L’érosion du désir :

Voici un cliché très répandu, avec le temps le désir s’émousse, avec la sécurité d’un quotidien bien orchestré, le temps d’intimité se rétrécit, et il est logique de croire que le feu de la passion est relatif au désir de conquête.

Ce qui peut être vrai pour certains couples qui n’ont pas décidé de prioriser vraiment la question de la sexualité.

D’autres raisons existent par exemple comme laisser les conflits générer des contentieux et des fermetures du cœur, puis du sexe.

Ou ne pouvoir ouvrir à la même personne totalement son cœur et son sexe en même temps ce qui définira un profil amoureux (voir les clivés de l’amour)

La sécurité au sein du couple qui dure et en partageant un quotidien n’est pas forcément synonyme de diminution de la libido, au contraire si vous décidez de consacrer du temps sans vous questionner plus que cela sur la question du désir, vous verrez que les corps aiment faire l’amour, parce qu’ils sont fait pour cela, tout simplement, surtout si vous aimez ce partenaire et que les contentieux ne viennent pas voilés l’ouverture du cœur.

Le deuxième argument prétendu aggraver l’érosion du désir consiste à dire que de se montrer tous les jours tel que l’on est dégrade le mystère érotique.

Pensez-vous vraiment que le fait de mieux se connaître, de se sentir plus à l’aise, de se détendre devant l’autre à oser lui montrer nos petites manies brisent l’érotisme ? Beaucoup en sont persuadés..

Et pourtant, réfléchissez : ne trouvez-vous pas que ceux qui sont vraiment amoureux de la personne, de son être, sont moins portés sur les fantasmes et les apparences et ne sont jamais dérangés par la levée des inhibitions ? Ce n’est pas un tue l’amour que de se laver les dents devant l’autre, d’aller aux toilettes, de se réveiller démaquillé, fatigué. Tout et n’importe quoi peut être excitant, il n’y a que notre regard qui évalue à l’aune de notre esprit critique.

 – Les désaccords :

Et forcément qui dit couple au quotidien dit conflits, ou désaccords, sur les points de vue notamment.

Ce sont souvent sur des incompréhensions et des interprétations à partir de notre Enfant intérieur qui prend au premier degré tout ce que se dit ou se vit. Egocentré, nous ramenons tout à nous imaginant que la personne qui dit nous aimer ne devrait pas se comporter ainsi, (elle passe du camp de l’allié à celui de l’ennemi.)

Alors vivre au quotidien en couple, c’est apprendre à voir sa part de responsabilité, redevenir acteur plus que de subir parce que la tendance c’est de faire des reproches sans se remettre en question.

Et le plus difficile c’est que nos besoins ne sont pas les mêmes que ceux de l’autre !

Par exemple, il ne veut pas arrêter de se pencher sur son I phone alors que je suis là à ses côtés au restaurant, si je suis agacé c’est que j’ai besoin de considération que l’autre ne peut donner à ce moment là, soit je m’agace contre, soit je vois qu’il ne peut pas faire plus, (ne pouvoir s’empêcher d’être branché sans cesse sur l’I phone est considéré comme une addiction de la génération Y)

et je reprends mon pouvoir en main, je vois ce en quoi je peux agir pour moi dans ce que je trouve de disponible. Lâcher prise n’est pas chose facile, surtout si ce besoin qui fait surface est prioritaire. C’est pour cette raison qu’au plus vous redevenez acteur en prenant en charge vos besoins au moins vous êtes frustré.

– Les besoins d’affection (gestes, attentions, tendresse, paroles, caresses) :

Dans le quotidien, le couple doit être vigilant sur la manière dont il fait circuler les signes de reconnaissances positifs, si le flux positif est trop bas par rapport au flux de reproches, critiques, jugements, le couple finira par accuser le quotidien de tous les maux alors que l’origine du malaise provient d’une fixation de l’attention sur les manques, et les signes négatifs. Et plus l’attention se fascine pour le négatif, plus les détails parfois insignifiants prennent des proportions dramatiques !

Un couple au quotidien qui a appris à cultiver les gestes tendres, les compliments, les attentions rebooste l’énergie, fait circuler à nouveau.

D’un cœur fermé par une parole ou par un geste gauche, la vraie question est : est-ce possible de rouvrir mon cœur à l’autre, juste pour permettre à l’énergie de circuler ?

– La jalousie :

Un sujet que j’ai déjà abordé maintes fois, mais difficile d’évoquer le couple au quotidien sans y insérer le sujet de la jalousie.

Jalousie de quoi, de qui ?

Quel que soit l’objet qui accapare notre jalousie, il se cache toujours une toute petite personne en nous, pas bien âgée, qui a peur de ne pas être assez importante pour l’autre.

Ceux qui ont la chance de ne pas l’être du tout, sont soit persuadés qu’ils ont leur place dans notre cœur, ou que si ce n’est pas le cas, d’autres cœurs les adopteront facilement, en tous les cas, la question de compter pour l’autre n’est pas prégnante.

La seule façon de résoudre le problème à la jalousie est de développer le goût de soi, un peu comme un mariage intérieur, à tel point que le mendiant d’amour en nous ne pointera plus jamais le bout de son nez.

Conclusion :

Qu’est-ce qui est le mieux? Faut- t-il  opter pour choisir la voie du couple au quotidien ou au contraire la voie du couple à distance ?

Vaut-il mieux approfondir une relation ? Sachant que sous le même toit, vous ne pouvez pas vous soustraire aux difficultés et vous chercherez forcément des manières de négocier, à tout ce qui paraît insurmontable au début.

Ou choisir un autre mode de vie relationnelle, comme les couples à distance assez à la mode aujourd’hui, pour se rendre la vie plus confortable, option souvent choisie après les divorces ?

Chaque relation diffère, chaque période de vie enrichit et amène de nouveaux éléments de réflexion, aucune des options n’est idéale, vous aurez beau chercher, faire couple au quotidien présente parfois beaucoup d’avantages, mais pour certains un tel challenge qu’il vaudra mieux éviter le voyage du couple durable sous le même territoire.

Au contraire, pour d’autres, vous vous sentirez soutenu par un partenaire sur votre chemin de vie, accompagné, complice, s’il est tout tout proche partageant votre quotidien, vos joies et vos peines.

A chacun sa voie personnelle et créative du couple, aucune personne au monde ne peut  vivre votre vie amoureuse à votre place, faire les choix pour vous, il n’y a que votre petite voix intérieure qui peut vous guider..et au gré des expériences, vous aurez une idée plus précise de qui vous êtes et de ce qui vous rend plus heureux.

Véronique Kohn

Le 21 septembre 2017